Pulse Ox Withings : mon avis après 6 mois d'utilisation

Pulse Ox Withings : mon avis après 6 mois d'utilisation

Withings est une boite qui m’a toujours fasciné, outre le fait qu’elle soit française (un peu de chauvinisme n’a jamais fait de mal), elle est parvenue à proposer à mes yeux des produits connectés suffisamment design pour les accepter dans notre quotidien. C’est d’autant plus compliqué car ces bracelets connectés sont considérés par beaucoup comme gadget et à juste titre, j’en veux pour preuve ma propre utilisation du Pulse Ox de Withings. Comme certains, cela m’amusait de m’imaginer pouvoir quantifier mon activité quotidienne. On peut voir ça comme flippant car l’usage que je fais de ces datas aujourd’hui est plus que discutable. En revanche, elles sont une véritable mine d’or pour Withings mais j’en avais conscience en « signant le contrat » de départ.

PULSE OX : OBJECTIF 10 000 PAS

Mon côté geek a pris le pas sur ma raison et c’est grâce à Madame Airben que j’ai basculé dans les chiffres. Depuis septembre maintenant, je traque mes pas, la distance que je parcours ou encore mes calories brûlées grâce au Pulse Ox. Une période suffisamment longue je pense pour me permettre de faire un bilan sur l’apport d’un tel produit. Je vais être cash : j’ai pris plus de poids que j’aurai dû en perdre mais j’ai pris du plaisir à connaitre que tel jour, j’avais dépassé les 10 000 pas recommandés par le ministère de la Santé. Comme si j’avais besoin que l’on me félicite d’avoir marché suffisamment longtemps pour entretenir mon corps. Quand je prends du recul sur moi-même, j’ai un peu peur pour ma vie future. Et Withings n’a rien arrangé en gamifiant l’expérience avec talent. Des badges sont à débloquer depuis leur app, commune à tous leurs produits fitness. C’est ainsi que j’ai appris par exemple qu’en ayant parcouru l’équivalent du tour du lac Malawi (1 500 km), ce dernier était un lac d’Afrique de l’Est connu notamment pour sa faune aquatique exceptionnelle.

j’ai pris plus de poids que j’aurai dû en perdre mais j’ai pris du plaisir

Je n’ai pas grand-chose à redire sur l’app bien que certains graphiques pourraient être plus lisibles. Le Pulse Ox en revanche a ses faiblesses, à commencer par sa batterie. Au côté des Watch, le Pulse Ox est merveilleux mais de mon point de vu, charger son bracelet tous les 4/5 jours devient vite usant. Il faut savoir que je suis fatigué de brancher tout ce qui m’entoure et je crois que le Pulse Ox était l’objet de trop. Encore une fois son autonomie est honnête mais à titre perso je me suis vite rendu compte qu’il m’arrivait de le porter sans même pouvoir l’allumer… Le point suivant est déjà plus contraignant pour ceux qui vivent aux Bahamas. Vivant à Paris, je ne m’en suis rendu compte que récemment. Au soleil, l’écran OLED dont dispose le Pulse Ox est illisible. Du coup on se bat avec son autre main pour créer un semblant d’ombre et on passe pour un crétin dans la rue.
Dans la même veine que la charge, l’analyse de son sommeil. L’idée est top en soit mais il est nécessaire de l’activer manuellement avant de dormir. Autant vous dire que je l’ai fait 3x avant d’oublier cette feature qui pourtant me bottait au départ… Je pourrais également parler de son absence d’étanchéité mais on va s’arrêter là.

A côté de ça, le Pulse Ox est un produit bien fini qui a, je trouve, une certaine élégance. Clairement masculin, ses lignes sont celles d’un produit techno qui offre un sentiment de robustesse grâce à son clip en métal.
En dehors du design du produit, il était important pour moi de prendre du plaisir à la navigation dans les différents écrans. A chaque data son propre écran, pas de jaloux. Les designers ont eu la bonne idée de laisser la main sur l’ordre d’affichage car oui, pour atteindre le dernier écran sur les 7 au total, il est nécessaire d’appuyer à chaque fois sur le seul bouton de l’appareil. Comptez donc 6 pressions pour atteindre le dernier écran, c’est sport.
Le vrai confort provenait du fait d’avoir toutes mes données à mon poignet là où d’autres bracelets nécessitent de sortir son smartphone de sa poche pour en prendre connaissance. On n’y pense pas mais au quotidien, ne serait-ce que pour l’heure, c’est un gain de temps précieux.

En relisant ces quelques lignes j’ai l’impression sortir déçu de cette expérience or c’est tout l’inverse, j’ai porté fièrement le Pulse Ox ces 6 derniers mois et je me suis même surpris à marcher davantage pour gonfler mes scores journaliers. Je me suis rendu compte que mes besoins avaient évolué au fur et à mesure de son utilisation et que l’Activité Pop, de Withings toujours, pourrait mieux y répondre. Je vous donne donc rendez-vous dans 6 mois pour un nouveau retour d’expérience avec une montre connectée cette fois.

Afficher les commentaires